Annonces

annonces

SOCIOTEXTE, 1er numéro thématique : « POUR UNE REPUBLIQUE AFRICAINE DES LETTRES : Pratiques, théories et essai de modélisation »

La revue Sociotexte reprend à son compte ces questionnements prévus pour un colloque, jamais tenu pour diverses raisons, à l’Université Laval du Québec, en novembre 2006. Sans aucun doute qu’après plus de 10 années écoulées comme un long fleuve mouvementé de l’histoire littéraire, ce qui était énoncé sous la forme d’une interrogation prudente devrait pouvoir s’affirmer avec la certitude du réel. Aussi, l'objet de ce premier numéro thématique de la revue Sociotexte (revue de sociologie de l’Afrique littéraire) est-il de réfléchir aux modalités socio-empirico-symboliques d'une « République africaine des lettres », à l'aune du présupposé d’un champ littéraire africain. Il s'agira donc d'esquisser une histoire sociale des agents de ce champ, dans un sens où ces derniers constituent un « esprit de corps », voire une identité commune instituée de la profession d'« écrivains africains», rassemblés par une homologie sociale, incarnant les dispositions particulières d'un groupe, et pour lequel l'accès nécessite à son tour un droit d'entrée, un titre, un capital ou un “laissez-passer”. Ce numéro offre l'opportunité d'analyser les littératures africaines en transcendant les cloisonnements, pour la plupart artificiels de la langue d'écriture (français, anglais, espagnol, langues locales africaines, etc.), des moments historiques référentiels, (colonial – post colonial), des désignations idéologiques ou raciales (écrivains noirs, littératures nègres) et des ressources politiques et structurelles (centre - périphérie). Les propositions d’articles prendront en compte à la fois diachronie et synchronie en considérant spécialement la période partant de 1990 à nos jours, du fait de la correspondance notable, à cette période entre transformations sociopolitiques et autonomisation visible du champ littéraire (multipartisme, polyphonie de la voix sociale et narrative, dés-apparentement entre littérature et politique).

Lire la suite