Numero special 1 – « Jeunes chercheurs »

numero special 1

Structures editoriales, lecteur et autonomie de l’ecrivain : l’ecrivain ivoirien entre « le marteau et l’enclume » : RAYMOND GBAZALE

La présente proposition pose la problématique de l’autonomie d’Ahmadou Kourouma et de Venance Konan dans l’expression de leur art associé à leur désir de notoriété. Il s’agit d’évaluer les relations entre les deux écrivains et leurs lectorats, entre eux et les structures d’édition en termes d’attentes mercantiles des éditeurs ; puis d’évaluer l’impact de ces relations sur leur autonomie en termes d’écriture ou de qualité esthétique de leurs œuvres. Cet article interroge l’objet ou les motivations de l’écriture des deux écrivains, à savoir pour qui écrivent-ils, à partir des « formes d’engagement » de ceux-ci. Ainsi les attentes des deux agents du champ (lecteurs et éditeurs) placent l’auteur dans une situation inconfortable, celle d’une pression réelle qu’on pourrait qualifier de « marteau et l’enclume » ; et qui reconfigure certainement les frontières du champ littéraire.

Lire la suite

Le voyage dans voyage au bout de la nuit de celine et dans les faux-monnayeurs d’andre gide : Daniel Patrick Diehou

LE VOYAGE DANS VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT DE CELINE ET DANS LES FAUX-MONNAYEURS D’ANDRE GIDE[1]   Daniel Patrick Diehou, Doctorant, Université Felix Houphouët Boigny   Résumé : Le thème de voyage évolue avec tous les siècles du roman français. Homère à l’Antiquité et Pétrarque au Moyen Age posaient les …

Lire la suite

entre discours serieux et jeu fictionnel : Guy Ossito Midiohouan et Sandry Richard Dohounkui Gbétey

Kossi Efoui apparaît, à la lecture de ses textes, comme un écrivain du chaos, de l’insaisissable. Ecrivain de la fragilité de l’existence, il récuse l’idée d’une identité définissable. Son refus d’adhérer aux institutions préexistantes à son avènement, notamment à la Littérature Africaine, semble donc, à première vue, en adéquation avec son choix d’écriture. Seulement, les enjeux d’une telle posture, en contexte africain, où l’institution littéraire d’inspiration occidentale, est toujours en construction, sont tels que cela ne peut passer inaperçu. D’où le présent article qui, confrontant le discours péritextuel de Kossi Efoui à ses textes, ses romans notamment, révèle, contrairement à ce que nombre de discours critiques d’entérinement de la posture de l’auteur portent à croire, que l’Afrique est la source essentielle de son imaginaire, de son écriture.

Lire la suite

Le personnage de bokano dans en attendant le vote des betes sauvages d’ahmadou kourouma : Koné Diakaridia

Le personnage de Bokano, tel qu’il est présenté dans En attendant le vote des bêtes sauvages de l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma, a de nombreux traits de congruence avec Mahomet, le prophète de l’islam. Porteur d’un certain nombre de valeurs et d’une grande soif d’absolu, il est, pour les habitants de Ramaka, le sujet d’un culte exubérant et sacré. L’on cherche à mieux le connaître afin de découvrir sa singulière personnalité. Toutefois, à cause des réalités du contexte dans lequel ce personnage religieux de l’imaginaire textuel évolue, il est soumis à une diffraction. On est bien là, en définitive, en présence d’une peinture négative et controversée du prophète des musulmans.

Lire la suite

Le conte africain, une alternative de remédiation au chaos du monde : KONAN Yao Lambert

Le conte africain est au service de la société ; il contribue à sa survie. Moyen de défense du groupe social, ce genre a un rôle de stabilisation. En cela, il constitue, de par sa fonction cathartique et thérapeutique, le remède adéquat contre les travers humains. Utilisant le comique sous ses différentes formes, le conte donne des enseignements propres à faciliter les rapports au sein de la communauté. Ainsi, par le truchement du rire, les déviations d’ordre caractériel sont corrigées au profit du vivre ensemble dans une sorte de mutualisme.

Lire la suite

Essai d’une cartographie de l’imaginaire poetique ivoirien : la rupture par l’oralite : KISSY Cédric Marshall

Ce travail s'inscrit dans le giron de l'histoire littéraire ivoirienne en l'arrimant aux courants esthétiques qui l'ont irriguée. À cet effet, Marie-Clémence ADOM perçoit un moment de rupture dans l'histoire des formes poétiques ivoiriennes, entre une poésie occidentaliste et une autre qui, influencée par la vague négritudienne, prendra, selon ses mots, le nom de "poésie oraliste". L'intérêt de cette production se situe, partant, dans l'analyse des textes poétiques qui font figure de rupture. La méthode jouera sur deux surfaces (histoire littéraire et esthétique) pour cerner ce paradoxe qui pose l'oralité en tant qu'épistémè de la modernité du fait poétique ivoirien.

Lire la suite

Traduire le roman negroafricain francophone postcolonial : Ezéchiel AKROBOU

La particularité Du roman négro-africain d’expression française ne cesse d’être un défi majeur pour le traducteur face aux innombrables difficultés liées au transfert de codes culturels. Les problèmes engendrés par la traduction de l’œuvre de Kourouma, particulièrement, Les soleils des indépendances, nous offrent une excellente illustration de la distinction entre deux types d’ambigüité dans son espace littéraire : l’oralité et l’écriture. Dans une telle situation, l’écriture et l’oralité s’enchâssent dans un même espace littéraire, engendrant du coup d’énormes difficultés dans un processus d’interprétation et de traduction de son œuvre. Une telle démarche impose l’application d’une méthode traductologique en vue de la résolution du problème posé. La recherche d’une « équivalence dynamique » ou l’application de la « re-expression ou deverbalisation » demeure un problème pour la traduction de ce type de littérature à cheval entre l’oral et l’écriture.

Lire la suite

L’autonomie du champ litteraire ivoirien : etude de quelques variations : Amara KONE

Cette réflexion voudrait investir les rapports entre les champs littéraire et politique dans le microcosme ivoirien. A rebours du postulat d’une autonomie qui se voudrait franche et définitive, il s’agira ici de poser la littérature ivoirienne comme un espace spécifique certes, jouissant néanmoins d’une autonomie relative et surtout à caractère variationniste du fait des liens qu’elle entretient avec un espace social voisin : le champ politique. L’analyse, prenant pour base les présupposés de la sociologie bourdieusienne du champ littéraire, saisira la littérature ivoirienne à des moments précis de son histoire (le désenchantement et la première décennie du 21ème siècle) et de ses rapports avec le champ politique afin de révéler la logique autre que renferme la notion d’ « autonomie » en contexte ivoirien.

Lire la suite

Isaïe biton koulibaly face aux nouvelles perspectives de reconfiguration du champ litteraire ivoirien : DOBLA Aimé Donatien

De R. Escarpit à P. Bourdieu en passant par P. Dirkk et autres chercheurs contemporains ayant investit dans le caractère sociologique de la littérature, tous ont royalement ignoré ou n’ont pas connu la révolution technologique de ces deux dernières décennies. Internet et les nouvelles technologies de l’information font aujourd’hui partie intégrante de toute l’activité littéraire. De l’écrivain au lecteur en passant par le libraire, toute la chaine du secteur du livre fait nécessairement appelle à ces médias. Mais mieux encore, mis en rapport avec le caractère économique du secteur, Internet booste considérablement les ventes des produits livres par la mise en scène de l’auteur sur les réseaux sociaux. D’où notre intérêt pour l’auteur Isaïe Biton Koulibaly qui a su mettre à son profit les réseaux sociaux pour capitaliser les avantages qu’offre Internet au près du lectorat. De ce rapport littérature / Internet nous en sommes aujourd’hui au bouleversement des lignes de démarcations internes et externes du champ littéraire perdant leurs fondements institutionnels.

Lire la suite