La logique de l’amitié : GAHE- GOHOUN Rosine Cinthia

Télécharger le PDF

LA LOGIQUE DE L’AMITIE

GAHE- GOHOUN Rosine Cinthia
Maître-Assistante au Département de Philosophie
Université Félix Houphouët-Boigny

 

RESUME
Une réflexion transversale sur la notion d’amitié pourrait permettre de la définir comme une relation, un lien. La question reste d’en savoir la nature au point d’observer au quotidien sa confection, sa défection. Cela suscite un doute qui porte à poser les questions ci-après : a-t-elle déjà existé ? Existe- t-elle ? Existera- t-elle ? Sous quelle condition pourrait-elle être durable ?
Ce travail part de l’hypothèse selon laquelle les assertions courantes dans le sens commun « l’amitié n’est pas une prise en charge » ; « l’amitié n’est pas une dette » ; « la dette gâche l’amitié… » sont relatives à une définition de l’amitié articulée autour d’une certaine logique de l’amitié. La quête d’un champ théorique et pratique de l’amitié (entendons les indices d’une conception ou d’une théorie de l’amitié) fonde l’orientation de cette recherche dans l’antiquité grecque, précisément chez des auteurs que l’on nomme les Anciens (Platon, Aristote) et dans la littérature judéo-chrétienne, pour en exposer le pan métaphysique. La conception de la relation d’amitié y suit un parcours tel que l’on pourrait en faire une représentation géométrique. Parler de représentation géométrique nous inscrit dans le domaine scientifique qui renvoie aux sciences exactes, à la précision, à l’exactitude. Toute chose qui suscite la question de savoir si le rapport à l’humain et au divin dans la notion d’amitié, quoique susceptible de faire l’objet de représentation géométrique, peut être calculé, mesuré ? Qu’est-ce donc qu’une science, par rapport à une relation humaine, étant entendu que toute science qui a rapport à l’humain impose que l’on laisse quelques marges d’incertitudes à sa mathématisation ?

Mots clés : amitié, géométrie, logique, représentation

ABSTRACT

A transversal reflection on the notion of friendship allows us to define it as a relation, a link. The question is to know its nature to the point where can observe his daily making, his defection. This raises a question that lead to know the followings: Has it ever existed? Does it exist? Will it exist? How could it be sustainable? This work is based on the assumption that common assertions in the common sense « friendship is not a care »; « Friendship is not a debt »; « Debt ruins friendship … » are related to a definition of friendship, articulated around a certain logic of friendship. The quest for a theoretical and practical field of friendship (we mean the clues of a conception or theory of friendship) is the basis of this research in Greek antiquity, especially among authors whose The ancients (Plato, Aristotle) and the Judeo-Christian literature named for their metaphysical exposition aspect. The conception of the relationship of friendship follows a course such that one could make a geometrical representation of it. Talk about geometrical representation leads us in the scientific domain, which refers to the exact sciences, to precision, to accuracy. This raises the question of whether the relation to the human and the divine in the notion of friendship can be calculated, measured, although subject to geometrical representation? What is a science as part of human relation being regarding the fact that all science, which has to do with the human, imposes that we have room of uncertainty to its mathematization?

Key words: friendship, geometry, logic, mathematics, representation

 

INTRODUCTION

A partir du constat, dans l’opinion commune, de la récurrence de phrases, d’adages relatifs au rapport entre l’amitié et la responsabilité, l’amitié et l’argent, nous émettons l’hypothèse selon laquelle l’essence nodale de l’amitié pourrait se résumer à une logique de l’amitié. Cela voudrait dire que ces assertions courantes quelles qu’elles soient auraient pour trame la quête d’une définition de l’amitié restitutrice des parts et charges de responsabilités des sujets en relation. La nécessité de la philologie d’un champ théorique et pratique de l’amitié est justificatrice du recours à des théoriciens de l’amitié dans l’antiquité grecque notamment Platon et Aristote, et à des passages de la littérature judéo-chrétienne. Le mouvement de la réflexion (entendons les questions posées, les réponses, l’analyse, etc.) porte à croire que la relation d’amitié, telle que présentée dans le premier niveau paraît représentable géométriquement. Le sujet qui s’y engage paraît un point qui s’étire pour joindre un autre point et devenir une ligne, qui pourrait se projeter sur un autre point encore afin de constituer une autre ligne. Bref, les points et les lignes qui se constituent paraissent l’œuvre d’humains avisés et responsables. Quant au second niveau, la relation d’amitié semble ajustée à une orientation métaphysique, divine qui ne fait pas seulement juxtaposer des faits, mais les jouxtent géométriquement. Référence est faite ici à leur concordance dans le temps et l’espace, (qui pourrait renvoyer à la providence comme une sorte de géométrie divine).
Eu égard à ce rapport ambivalent à l’humain et au divin dans la notion d’une logique de l’amitié et à la possibilité d’une représentation géométrique qu’elle laisse être, l’on pourrait poser la question de savoir si cette logique de l’amitié, en partant des références ci-dessus annoncées est mathématiquement calculable ou est une science exacte ?

 

I/    LA    VERIFICATION    DE    LA    VALEUR    DE    VERITE    DES PROPOSITIONS SUR L’AMITIE DANS LYSIS

L’amitié, philia en grecque est, de façon générique, définie comme une relation ; une relation de parenté (parents/enfants, frères/sœurs), amicales (entre deux ou plusieurs personnes), politiques et/ou économiques (entre des citoyens), homosexuelle (entre jeunes gens, entre adulte et jeune).

1-1 Conquête de l’être aimé et méthode

La relation homosexuelle dans Lysis, sous- titré sur l’amitié, aborde la problématique d’une amitié vraie, la première interrogée. Socrate rencontre Hippothalès et Ctésippe en compagnie de plusieurs jeunes gens devant un gymnase à Athènes. Pendant que ceux-ci l’invitent à se joindre à eux, il remarque une gêne chez Hippothalès dont il lui fait part. Ctésippe (2003, 204d) explique à Socrate que son ami Hippothalès est amoureux d’un de leurs camarades nommé Lysis, au point de faire du nom de ce dernier un refrain dans sa conversation ou sa relation amicale avec les autres. « …Hippothalès …il suffira à Socrate de quelques instants de causerie avec toi pour que tu l’assommes à répéter sans cesse ce nom que tu ne veux pas lui dire… Pour nous, Socrate, il nous étourdit du nom de Lysis et nous en avons les oreilles rebattues…» Socrate (2003,206a), pense que faire tant d’éloges de la personne que l’on désire est une mauvaise manière de courtiser car cela pourrait grossir l’égo de cette personne (et la rendre moins accessible. « Les gens habiles en amour, mon cher, ne vantent pas l’aimé avant de s’en être rendus maîtres, dans l’incertitude du résultat. De plus les beaux enfants, à se voir célébrés et magnifiés, prennent de l’orgueil et se rengorgent… Et plus ils s’enorgueillissent, plus ils sont difficiles à prendre… » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Orgueil)
Cette réponse montre que Hippothalès n’est pas avisé en amour ; il consent alors à ce que Socrate (2003, 206 b) le conseille et s’entretienne avec son amoureux Lysis : « … indique-moi […] ce qu’il faut dire et faire pour gagner la faveur de celui qu’on aime ».
L’acquisition de capacités, d’habileté, de compétences, de savoir ? explique Socrate (2003, 209 b -210 d) à Lysis dispose tout aussi bien à se voir confier des responsabilités qu’à bénéficier de l’amitié et de la confiance de tous.

[…] Chaque fois que nous sommes en possession d’une science, tous s’en remettent à nous pour ce qui la concerne […] Comment alors trouver des amis ? Quelle affection peut s’attacher à nous dans l’absence de toute qualité utile aux autres ? […] Toi-même, ni ton père ne peut t’aimer, ni personne ne peut aimer qui que ce soit en tant qu’inutile […] Si donc tu deviens savant, mon enfant, tous les hommes seront pour toi des amis et des parents : car tu deviendras utile et bon. Sinon personne n’aura d’amitié pour toi, pas même ton père ni ta mère ni tes parents.

Cette assertion est une sorte de syllogisme socratique des relations humaines qui introduit en deuxième lieu les relations amicales, parentales en général et toute relation d’amitié authentique en particulier. Elle pose le rapport entre l’amitié et la possession de qualité utile aux autres.

« Comment alors trouver des amis ? » est la question motrice du débat ci-après.

Socrate (2003, 211e) commence par dire son désir de faire un jour la connaissance d’un véritable ami : « […] Depuis mon enfance, il est une chose que j’ai toujours désirée ; chacun a sa passion : pour l’un, ce sont les chevaux, pour un autre les chiens, pour un autre l’or ou les honneurs […] je désire passionnément acquérir des amis […] ».

Ménexène (2003, 212 b) demande : « Quand quelqu’un en aime un autre, lequel est l’ami, celui qui aime, ou celui qui est aimé ? Ou bien n’y a-t-il aucune différence ? » et répond que les deux personnes peuvent être considérées comme des amis, dès lors qu’une en aime une autre. « […] La distinction est impossible […] Tous les deux deviendraient amis par cela seul que l’un des deux aimerait l’autre ? ».

Mais Socrate (2003, 212 b-c) fait remarquer le fait qu’un homme qui en aime un autre peut ne pas être aimé en retour, ou même être haï par celui qu’il aime. Ce qui ferait que quiconque aime pourrait être l’amant de son ennemi ou quiconque est aimé pourrait être l’ami de celui qu’il hait. « […] Ne peut-il arriver qu’on aime sans être payé de retour ? Et même que l’amour excite de la haine ? C’est un sort que subissent […] nombre d’amants de la part de l’aimé : ils aiment avec passion et se croient ou dédaignés ou même détestés […]. »

La restriction émise par Socrate (2003, 212 c) sur la possibilité d’appeler ami celui qui aime quelqu’un ou ami celui qui est aimé de quelqu’un, et la possibilité ouverte pour l’ami, s’il est l’amant, d’être l’ami de son ennemi ou encore pour l’ami, s’il est l’aimé, d’être l’ami de celui qu’il hait traduisent un souci de réciprocité. « Ainsi, dans ce cas, l’un aime et l’autre est aimé ? […] lequel des deux est l’ami de l’autre ? Celui qui aime, qu’il soit dédaigné ou haï, ou celui qui est aimé ? Ou bien, dans ce cas, l’amitié existe-t-elle encore, si elle n’est pas réciproque ? »

1-2 Amitié et conditions

Il n’y a pas eu de réponse explicite à la question ci-dessus, une réponse tacite aurait pu être qu’il fallait appeler ami celui qui aime et est aimé en retour mais Socrate (2003, 213 c) passe à une autre question « Comment sortir de là […] si tes amis ne sont ni ceux qui aiment, ni ceux qui sont aimés, ni ceux qui à la fois aiment et sont aimés, et s’il faut chercher ailleurs ceux qui sont amis entre eux ? ».
Socrate (2003, 214 b-214 d) cite des savants selon lesquels « […] le semblable est toujours et nécessairement l’ami du semblable ». À partir d’une distinction qu’il (2003, 214 d) établit entre les concepts de bon, de mauvais, de ni bon ni mauvais, il déclare qu’: «  il ne peut exister d’amitié qu’entre les bons mais que le méchant ne saurait avoir d’amitié véritable ni avec les bons ni avec les méchants ». L’amitié entre les bons peut être possible parce qu’ils sont semblables entre eux et amis, tandis qu’elle est impossible entre les méchants parce qu’ils ne sont pas d’accord avec eux-mêmes, toujours furieux et déséquilibrés. La suite de l’analyse montre d’une part que nonobstant la possibilité d’une amitié entre les bons, il y a une tendance du bon à se suffire à lui-même et n’avoir pas besoin de l’amitié d’une autre personne bonne ; d’autre part la méchanceté du mauvais exclut toute forme d’amitié « […] ce qui n’a même pas de ressemblance ni d’accord avec soi-même ne saurait guère ressembler à autrui ni lui être ami ».
La réflexion (2003, 215 c-d) est ramenée cette fois à la possibilité de la naissance de l’amitié entre des personnes n’ayant rien en commun, des personnes contraires.

J’ai naguère entendu affirmer (le souvenir m’en revient à l’instant) que le semblable était en guerre perpétuelle avec le semblable et les bons avec les bons […] Il poursuivait en termes plus imposants, déclarant qu’il s’en fallait de tout que le semblable ne fût l’ami du semblable, que la  vérité était précisément à l’opposé, et qu’en réalité c’était les contraires les plus extrêmes qui étaient les plus amis.

A cette possibilité de l’amitié comme amitié des contraires, il (2003, 215 b) émet encore une autre réserve pour dire qu’il peut arriver dans ce cas que l’ami soit ami de son ennemi « si c’est de l’opposition que naît l’amitié […] ». La conséquence logique du raisonnement ci-dessus aurait pu être une réponse explicite disant que des ennemis ne peuvent être amis ou que l’on ne peut être ami de son ennemi. Mais il n’y a pas eu de résolution de la question. La réponse tacite précédemment perçue perdure, à savoir que la condition d’être amis est d’aimer et être aimé en retour, car il n’a pas encore été explicitement dit que des ennemis ne peuvent être amis ou que l’on ne peut être ami de son ennemi ou que la condition d’être amis est d’aimer et être aimé en retour.
Socrate (2003, 215 c) poursuit la réflexion sur l’amitié dans le sens des notions de beau et de bien « ce qui devient ami du bien c’est peut-être ce qui n’est ni le bien ni le mal ». Ce qui n’est ni bon ni mauvais aime le bon, à cause de la présence du mal.

La crainte, sous toutes ses formes (le mal, la maladie, l’ignorance), engendre respectivement le recours au bien, à la médecine et au savoir. L’amitié, sous cet aspect, est le rapport entre un être imparfait, ni bon ni mauvais, et un être bon. Les choses ou les personnes faisant l’objet d’un sentiment d’amitié ne sont pas aimées pour elles-mêmes, mais pour ce qu’elles procurent ; Il donne pour exemple « Le malade [qui] est ami du médecin […] à cause de sa maladie et en vue de la santé […] le corps [qui] aime la médecine à cause de la maladie qui est un mal […] la médecine [qui] est un bien, que c’est en vue de la santé qu’on l’aime, et que la santé elle-même est bonne. » (Lysis, 2003, 218 e- 219 b)
« […] Quelle affection peut s’attacher à nous dans l’absence de toute qualité utile aux autres ? »
Lysis (2003, 209 b -210 d) seconde la question motrice préalablement posée.
« [Progresser] sans fin, à moins que nous ne finissions par atteindre un point initial au-delà duquel nous ne soyons plus renvoyés à un autre objet ami, et qui soit le principe même de toute amitié, l’objet en vue duquel nous disons que nous aimons tous les autres » (Lysis, 2003, 219 c-d) telle est la suggestion de Socrate. Cette disposition lui paraît nécessaire parce que la raison pour laquelle une amitié existe peut s’amenuiser, disparaître ou changer indéfiniment tandis que l’amour de l’aimé pour lui-même peut garantir l’authenticité de la relation.

La nature anatreptique du Lysis de Platon, c’est-à-dire le fait qu’il n’y ait pas eu de résolution de la question, montre bien non seulement que le but de l’auteur est de renverser les opinions couramment admises sur la question de l’amitié, mais que cette organisation de la relation amicale ne peut être exacte, systémique. L’on comprend, à l’issue de cet échange, qu’une amitié authentique est tout autant difficilement conceptualisable que la réciprocité des sentiments l’est. Pour qu’il y ait amitié authentique, le rapport à l’être des amants, des aimés et des amants aimés en retour est essentiel. En ce sens, une enquête au sujet de l’amitié s’impose : il ne s’agit pas de dire de façon simpliste « Y est mon ami ». Ce qui reviendrait à clamer une unilatéralité. L’on devra aussi pouvoir clamer la réciprocité avec la proposition de Y : « X est mon ami ». Cette dernière devrait être fondée sur un attachement, une affection, un amour de l’être de l’autre et non de l’avoir ou de l’apport de celui-ci.

II / LA DIMENSION GEOMETRIQUE DES RELATIONS D’AMITIE

Il s’agit ici d’une mise en rapport de l’amitié et la géométrie qui est une mathématique ou une science des formes.

2-1 Relation d’amitié et construction

Au plan des formes, l’on peut affirmer que l’amitié peut prendre toutes sortes de formes géométriques en ce sens qu’elle est multiforme. Dans cette optique, la définition que donne T. Boni (1999,231) du terme relation et l’illustration qui l’accompagne viennent à propos : « […] le rapport de proximité ou d’éloignement qui existe entre deux ou plusieurs individus ou entre un individu donné et un ensemble d’individus ».  Elle raconte l’histoire d’un point esseulé, la chauve-souris, qui a entrepris de rompre sa solitude et la tristesse qui la couple en se joignant à un autre, à d’autres points. Plusieurs lignes se sont constituées, elle vivait « désormais dans un réseau de relations […] ». Telle que présentée dans Lysis, la relation d’amitié ou philia concerne tout aussi bien les relations familiales (les parents, les frères et sœurs) que sociales. Cela montre que quel que soit le nombre de personnes dans une relation (deux, trois, quatre et plus), les formes suggérées par ces derniers : un segment, un triangle, une forme quadri et plus), la nature possible de toute relation, dit T. Boni (1999, 231) est qu’elle soit verticale ou horizontale avec la possibilité ouverte d’une combinaison des deux. La première s’établit « entre des éléments qui n’ont pas la même dignité ou la même nature […] et pourrait s’appeler hiérarchie ou ordre sacré. Ordre car la relation ordonne un ensemble d’éléments en vue d’un tout premier par exemple Dieu, le chef ou le Père ».

La seconde « pourrait s’appeler relation d’égalité ou de réciprocité. Les éléments ou individus en relation sont considérés à un même niveau […] le rang n’existe pas et l’on peut considérer la relation A en direction de B. De la même manière, le chemin inverse de B à A est possible car A est égal ou en tout cas se trouve au même niveau que B. Dans ce dernier cas, A peut-être dit parallèle par rapport à B. La combinaison entre la relation verticale et la relation horizontale pourrait s’appeler analogie car le rapport entre A et C (le terme supérieur) est de même nature que le rapport entre B et C.

Lire, à partir du Lysis, une logique dans laquelle l’on soit ami à quiconque est son ami pourrait paraître un schéma logique mais pas dialectique. L’on pourrait penser que c’est une démarche simpliste, ordinaire, dans la mesure où il n’y aurait aucun effort à fournir pour se mettre en rapport avec les autres, les personnes en relation auraient les mêmes référents dirait-on. Cela n’est qu’une apparence, cette logique de l’amitié est en fait dialectique dans la mesure où les pôles d’investissements sentimentaux, d’implications affectives dans une relation binaire ou autre ne sont pas quantifiables, mesurables, maîtrisables. Il y a une invitation à une sorte d’humilité prospective et respective qui fait primo que chacun doive se demander : suis-je l’ami de mon ami ? Et secundo qui fait que chacun n’ait à développer ni un complexe de supériorité, ni un complexe d’infériorité vis-à-vis de son ami. Nous y tenons au sens où cela nous semble être la seule possibilité d’être dans une perspective de réciprocité et une perspective prospective. L’on doit mener une enquête personnelle pour s’enquérir de ce que la réciproque est valable. Ce qui dans le même temps donne d’être à l’abri de surprises désagréables telles que la perte de soi, la trahison ou de subir quelque autre mal et être tenté de se venger.

La suite de ce propos de T. Boni (1999, 230-231) sur les parents de la chauve-souris de B. Dadié montre à dessein que les relations aux autres animaux plus forts (le lion, la panthère et le crocodile) tissées par la chauve-souris l’ont dénaturée « […] elle croit être heureuse mais aucun de ses amis ne la reconnaît plus, car elle s’est métamorphosée en un être hybride, fait de morceaux empruntés à d’autres, possédant des qualités données par chaque ami. ». Le problème posé par le passage d’un état de solitude à celui d’un cercle relationnel est celui de la perte de son identité due à l’incapacité de vivre sa solitude. Il y a une nécessité de prendre conscience de son individualité comme situation primale de l’humain avant le mouvement vers l’autre et dans la relation à l’autre, telle est l’éthique de ce conte.

2-2 Relations d’amitié et logique

Pourquoi et en quoi la trahison, qui, dirait-on, est aussi de l’ordre de la vie, exclurait-elle la logique de l’amitié ?
La trahison exclut la logique de l’amitié parce qu’elle enfreint la notion d’inclusion du dialogue, de l’échange. La possibilité d’ouverture que laisse une amitié de faire toujours une approche discursive à son ami, de le joindre, le rejoindre, le convaincre sous un angle discursif qui est, par la même occasion, celle de le joindre sous un angle spatial est annihilée par elle. Elle vient comme une violence en excluant l’approche discursive. La logique de l’amitié exige justement que le tracé que l’on établit entre soi et un ami soit ajustée discursivement, soit ajustée à l’amiable. Cet ajustement de la distance passe par un consensus. Lorsqu’il en est autrement, c’est-à-dire lorsque l’on décide d’approcher un ami, ou de faire infléchir ses positions, de le soumettre par des méthodes qui ne sont pas discursives, la force, la ruse, le mensonge, la persuasion basées sur du faux, l’on parle de trahison, de traitrise.
À partir du moment où l’on parle de traitrise, cela sous-entend qu’il y a déjà eu un mal fait. L’on entre dans le cadre de l’éthique c’est-à-dire des valeurs. Cette logique de l’amitié n’a-t- elle pas un rapport avec l’éthique ?
Cette question s’impose dans la mesure où nous sommes dans le cadre de relations humaines : les sentiments, les notions de bien et de mal entreront en jeu. Dans toute relation humaine, il y a lieu de ne pas oublier ce volet de l’éthique, l’on ne peut parler de relation humaine, d’amitié sans parler du volet éthique.

La solution proposée par Socrate aux nécessités que pose la relation amicale, à savoir la conservation de soi dans le mouvement vers l’autre, la fidélisation de la relation (la loyauté, la fidélité, le respect de l’appartenance), la verticalité de la relation et l’horizontalité qui soulèvent toutes les deux le problème de l’évaluation des implications ou investissements mutuels aux fins d’une relation durable, est l’articulation de la philia à l’utilité fondée sur le savoir.  « Ce n’est pas l’utilité mais le savoir que Socrate (DORION L.-A., 2006, 17) présente comme le fondement de l’amitié. Comme le savoir est à la source de tout ce qui est bon et utile, il est la condition de l’utilité ». L’utilité fondée sur la sophia, précisément la connaissance du bien et du mal qui en est le seul et unique fondement, est alors indispensable à l’amitié afin de mériter la considération dans les relations amicales. L’objet d’amitié (philon) comme l’explique Dorion (2006, 16) doit nécessairement être utile car ce qui est dépourvu de raison (aphron) ne mérite aucune considération et c’est précisément la raison pour laquelle Socrate exhortait ses camarades à devenir les plus avisés et les plus utiles. L’on ne peut aimer que ce qui nous est utile, et l’utilité d’un être dépend elle-même de ses connaissances.

La priorisation de l’apparenté au bien (okeion) chez Platon (2006,14) justifie le fait qu’il ne s’attarde pas sur le contenu pratique de l’utilité ; quoique parlant de l’utilité, il n’a pas pour cette même raison mis la question du « besoin matériel » au centre des relations d’amitié.

L’origine de la philia est plutôt le désir de combler la principale lacune dont nous sommes affligés, soit le douloureux manque que nous éprouvons sous le rapport du bien. Il ressort en effet des analyses tortueuses du Lysis que l’origine de la philia est l’aspiration au bien, que notre âme aime et désire comme une partie d’elle-même dont elle aurait été dépossédée [cf. 221d-e]. On comprend aisément, dans ces conditions, que les avantages matériels que l’on peut espérer d’une relation d’amitié comptent pour bien peu de chose, puisque l’objet de la philia est le bien et que son objectif est la réunification de l’âme avec cette partie d’elle-même, le bien, qui lui a été arrachée » (2006,19).

III/ LA NECESSITE D’UNE ETHIQUE AU CŒUR DE LA LOGIQUE DE L’AMITIE

Toute science qui a rapport à l’humain impose que l’on laisse quelques zones d’incertitudes à sa représentation calculée, à sa mathématisation. Ce parce que s’agissant de l’humain, il y a les sens, l’imaginaire, bref l’identité qui entre en jeu et lui donne la faculté d’agir. Toute chose qui lui donne d’être ouvert sur le champ des possibles et rend impossible le fait de donner des chiffres exacts que ou d’être astreint au cadre d’une science exacte. La faculté de raisonner, de s’ouvrir au champ du possible déterminera le rapport de l’individu au monde, aux autres ; elle produira par exemple des discours, des actions, des images, l’on racontera donc des histoires (ce seront des récits, la métaphore) : l’on sera plutôt dans le cadre d’une science humaine.

3-1 Relation d’amitié et régulation

En sciences exactes, dit Tanella Boni (2001,150), A= A. En sciences humaines et sociales, une telle proposition n’est pas envisageable sans difficultés […] Un individu A n’est jamais égal à A. En tant qu’individu, A est lié par les circonstances et les événements, la naissance et la culture, l’histoire et la géographie, le mode de vie et les alliances à un groupe social : communauté familiale, tribale, villageoise, religieuse, professionnelle ou  politique. Même  si  A  n’habite pas  son  lieu  d’origine,  par  le  rêve  et l’imaginaire il ne cesse d’être habité par ce lieu […] Voilà pourquoi A ne peut être présenté que comme un ensemble d’une multiplicité d’expériences.

Éthique à Nicomaque1  d’Aristote, qui est une recherche du sens de la vie, du bonheur en communauté et du bonheur individuel, a été avant-gardiste sur la question d’une régulation des relations d’amitié. Elle aborde aux livres VIII et IX les sujets de la nécessité de l’amitié, les diverses théories sur la nature de l’amitié, les espèces de l’amitié, la justice (égalité, inégalité) dans l’amitié, les rapports entre l’amitié, l’éthique et la politique.
François Stirn (1983, p.24) commentant cette nécessité de l’amitié chez Aristote (E.N., VIII, 2014, 1,1155 a) : « L’amitié est en effet une certaine vertu, ou ne va pas sans vertu ; de plus, elle est ce qu’il y a de plus nécessaire pour vivre. Car sans amis personne ne choisirait de vivre, eût-il tous les autres biens […] », affirme qu’elle est faite d’une bienveillance mutuelle « Car la bienveillance  entre  personnes  qui  se  portent  réciproquement  le  même  sentiment  est  de l’amitié et celle-ci ne doit pas rester ignorée des autres. ».

Trois espèces d’amitiés (E.N., VIII, 2014, 3,1156a-1156 b ; 4,1156 b), fonction de ces trois objets : le bien, l’agréable et l’utile sont à distinguer : l’amitié fondée sur l’utilité, l’amitié fondée sur le plaisir et l’amitié fondée sur la vertu :

On aura dès lors trois espèces d’amitiés, en nombre égal à leurs objets, car répondant à chaque espèce il y a un attachement réciproque ne demeurant pas inaperçu des intéressés […]. Ainsi donc, ceux dont l’amitié réciproque a pour source l’utilité ne s’aiment pas l’un l’autre pour eux-mêmes, mais en tant qu’il y a quelque bien qu’ils retirent l’un de l’autre. De même encore ceux dont l’amitié repose sur le plaisir : ce n’est pas en raison de ce que les gens d’esprit sont ce qu’ils sont en eux-mêmes qu’ils les chérissent, mais parce qu’ils les trouvent agréables personnellement. La parfaite amitié est celle des hommes vertueux et qui sont semblables en vertu : car ces amis-là se souhaitent pareillement du bien les uns aux autres en tant qu’ils sont bons, et ils sont bons par eux-mêmes […].

La restriction que fait Aristote (1983, p. 25) quant à la possibilité de l’amitié entre la divinité et les hommes (la première étant une « pensée qui n’a pour objet qu’elle-même et qui, donc, ignore les hommes » et les seconds ne pouvant être les semblables de Dieu, montre non seulement qu’une telle amitié est impossible pour la bonne raison comme le dit F. Stirn (1983, p. 25) que « seul un semblable peut devenir un ami » mais aussi que l’amitié est une question de bonne distance : « l’amitié ne peut plus exister lorsqu’il y a trop de distance entre les individus, comme on le voit pour la Divinité par rapport aux hommes […]».
C’est dans ce même ordre d’idées qu’à la difficulté d’une amitié entre des personnes ayant un grand écart social, Stirn (1983, p. 25) propose une égalité quantitative ou égalité proportionnelle. Cela renvoie à ce que les parties se rendent « une égale quantité d’affection, de plaisir, de service. Si l’une des personnes est supérieure à l’autre (à l’instar de la relation père-fils, mari-femme, l’affection doit être fonction du mérite de chacun ».

Mais, dit Aristote (E.N. 2014, VIII, 8, 1158 b), « il existe une autre espèce d’amitié, c’est celle qui comporte une supériorité d’une partie sur l’autre, par exemple l’affection d’un père à l’égard de son fils, et, d’une manière générale, d’une personne plus âgée à l’égard d’une autre plus jeune, ou encore celle du mari envers sa femme, ou d’une personne exerçant une autorité quelconque envers un inférieur. Ces diverses amitiés diffèrent aussi entre elles […] En effet, chacune de ces personnes a une vertu et une fonction différentes, et différentes sont aussi les raisons qui les font s’aimer : il en résulte une différence dans les attachements et les amitiés. […] Et dans toutes les amitiés comportant supériorité, il faut aussi que l’attachement soit proportionnel : ainsi, celui qui est meilleur que l’autre doit être aimé plus qu’il n’aime ; il en sera de même pour celui qui est plus utile, et pareillement dans chacun des autres cas. Quand, en effet, l’affection est fonction du mérite des parties, alors il se produit une sorte d’égalité, égalité qui est considérée comme un caractère propre de l’amitié.

Ces idées sont partagées par Giorgio Agamben (2007, p. 3) qui résume la théorie de l’amitié chez Aristote en ces termes :

Il est impossible de vivre sans amis ; il faut distinguer l’amitié utile ou plaisante de l’amitié vertueuse dans laquelle l’ami est aimé comme tel ; il n’est pas possible d’avoir beaucoup d’amis ; la distance qui sépare les amis menace l’amitié elle-même ; l’ami est un autre soi-même.

Il affirme qu’il y a chez Aristote une ontologie de l’amitié qui présente l’amitié comme une expérience de l’être relevant de la protèphilosophia (2007,5). L’amitié, dit-il, est de l’ordre de l’existentiel en tant qu’expérience, sensation de l’être ; d’où la difficulté que l’on rencontre à la conceptualiser. Toutes les thèses ci-après du texte aristotélicien (E.N. 2014, VIII, 2,1155 a-1156 a) ; (E.N. 2014, VIII, 7,1157 b-1158 a) ; (E.N. 2014, VIII, 13, 1161 a-1161 b) en sont la preuve :

L’amitié perçue par « les uns » « comme une sorte de ressemblance » dans laquelle les « semblables sont amis » et s’édifient mutuellement. Une réflexion sur la question de l’amitié comme un fait social à savoir la possibilité qu’« elle se rencontre chez tous les hommes », que « des méchants soient des amis », « s’il n’y a qu’une seule espèce d’amitié ou s’il y en a plusieurs. ». La définition de l’objet d’amour comme « ce qui est aimable, c’est-à-dire ce qui est bon, agréable ou utile… ». L’amitié comme souhait du bonheur de l’être aimé par amour pour lui « …ceux qui souhaitent du bien à leurs amis pour l’amour de ces derniers sont des amis par excellence… ». L’amitié parfaite est incompatible avec le grand nombre tandis que l’amitié utilitaire peut s’en accommoder « on ne peut pas être un ami pour plusieurs personnes […] par contre si on recherche l’utilité ou le plaisir, il est possible de plaire à beaucoup de personnes … ». Il existe une amitié au sens politique du terme qui transparaît dans « chaque forme de constitution politique [et est coextensive aussi aux rapports de justice… »

3-2 La relation entre David et Jonathan, un paradigme de l’amitié dans la tradition judéo- chrétienne

Il y a un exemple type d’amitié dans la tradition judéo-chrétienne (1 Samuel 17) : c’est celui de David et Jonathan. Ce texte raconte l’histoire d’une famille au sein d’un peuple en situation de conflit intercommunautaire, et la décision titanesque prise par l’un des fils, de relever le défi du salut de sa communauté. David est ce jeune homme fils d’Isaï (1 Samuel 17 verset 12, 14 ; 17), envoyé par son père sur le champ de bataille approvisionner ses frères aînés soldats en nourriture, et s’enquérir de leurs nouvelles. David (1 Samuel 17 v. 4-10), une fois sur les lieux de bataille où les Israélites affrontèrent les philistins, découvre qu’un homme, Goliath, sortit du camp des Philistins s’adressa aux troupes d’Israël rangées en bataille, il leur cria :

Pourquoi sortez-vous pour vous ranger en bataille ? Ne suis-je pas le Philistin, et n’êtes-vous pas des esclaves de Saül ? Choisissez un homme qui descende contre moi ! S’il peut me battre et qu’il me tue, nous vous serons assujettis ; mais si je l’emporte sur lui et que je le tue, vous nous serez assujettis et vous nous servirez. Le Philistin dit encore : Je jette en ce jour un défi à l’armée d’Israël !

La suite du texte (1 Samuel 17 v. 50-58) dit :

Il frappa le Philistin au front, et la pierre s’enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre terre. Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin ; il le terrassa et lui ôta la vie, sans avoir d’épée à la main. Il courut, S’arrêta près du Philistin, se saisit de son épée qu’il tira du fourreau, le tua et lui coupa la tête. Les Philistins, voyant que leur héros était mort, prirent la fuite. Et quand David fut de retour avec à la main la tête du Philistin. Saül lui dit : De qui es-tu fils, jeune homme ? Et David répondit : Je suis fils de ton serviteur Isaï, Bethléhémite.

Cette  histoire  relate  la  possibilité  de  relations  qui  transcendent  le  temps  et  l’espace : circonstances de guerre, obtention d’une victoire par un jeune homme, naissance d’une amitié qui s’est poursuivie sur la progéniture après la mort de l’un des amis. Voici comment naquit l’amitié entre Jonathan, fils du roi Saul, et David, fils d’Isaï :

David avait achevé de parler à Saül. Et dès lors l’âme de Jonathan fut attachée à l’âme de David, et Jonathan l’aima comme son âme. Ce même jour Saül retint David, et ne le laissa pas retourner dans la maison de son père. Jonathan fit alliance avec David, parce qu’il l’aimait comme son âme. Il ôta le manteau qu’il portait, pour le donner à David ; et il lui donna ses vêtements, même son épée, son arc et sa ceinture. (1 Samuel 18 v.1-4).

Cette conception de l’amitié comme fusion, conjugaison des âmes a été également relatée par Montaigne (1967, p.87) témoignant de son amitié avec Etienne de La Boétie : c’était dit-il, une amitié « […] si entière et si parfaite que certainement il ne s’en lit guère de pareilles […] »
La densité et l’intensité de telles relations paraissent tout aussi bien un mystère du point de vue de l’entendement humain du vivant des concernés qu’après leur mort.
À la mort de Jonathan au combat avec son père, voici le propos de David (2 Samuel 1v. 26) « Je suis dans la douleur à cause de toi, Jonathan, mon frère ! Tu faisais tout mon plaisir ; Ton amour pour moi était admirable, Au-dessus de l’amour des femmes »
La  présence  ternaire  dans  cet  hommage  funèbre  du  complément  (« à  cause  de  toi », « Jonathan », « mon frère ») montre l’état d’âme et marque l’ampleur de la douleur de David. Cette amitié complète, agréable était profonde, elle était un amour. David en a éprouvé du bonheur en atteste ces trois mots « plaisir », « amour », « admirable ». L’amour de son défunt- ami a surpassé ses plaisirs charnels « au-dessus de l’amour des femmes. »
Cette fidélité, loyauté de David envers Jonathan s’est poursuivie après la mort de ce dernier. David (2 Sam 9 v .1-7) dit :

Reste-t-il encore quelqu’un de la maison de Saül, pour que je lui fasse du bien à cause de Jonathan ? Il y avait un serviteur de la maison de Saül, nommé Tsiba, qui répondit au roi : Il y a encore un fils de Jonathan, perclus des pieds. Et Mephiboscheth, fils de Jonathan, fils de Saul, vint auprès de David, tomba sur sa face et se prosterna. David dit : Mephiboscheth ! Et il répondit : Voici ton serviteur. David lui dit : Ne crains point, car je veux te faire du bien à cause de Jonathan, ton père. Je te rendrai toutes les terres de Saül, ton père, et tu mangeras toujours à ma table.

Par-delà, le chagrin de la perte de son ami Jonathan et l’hommage à lui rendu, David a non décidé d’honorer sa mémoire en réhabilitant la dignité de sa progéniture.

CONCLUSION

Il convient de souligner que cette logique de l’amitié nous a intéressé sous l’angle du rapport du soi au soi, entendons de l’intersubjectivité humaine, l’amitié entre les individus. Comprendre la trame qui sous-tend : le tissage et la rupture des relations d’amitié, la récurrence dans le quotidien d’assertion sur l’amitié nous a conduit à l’hypothèse d’une logique de l’amitié qui aurait un lien avec la géométrie en tant que science des formes.
Deux éléments ont orienté cette analyse :

–     Au plan des formes, nous avons parlé d’amitié qui peut prendre toutes sortes de formes géométriques, d’où son caractère multiforme. Les représentations mathématiques possibles de l’amitié chez Platon sont les symboles de l’égalité, de l’équivalence ; le symbolisme de l’amitié, dans cette optique, serait qu’on en exclut les signes d’infériorité, de supériorité et que l’équivalence et la réciprocité en soit le mot d’ordre. Il en va de même chez Aristote, les symboles de l’égalité, de l’équivalence, de la réciprocité sont de l’ordre de l’amitié

parfaite ;  les  autres, qu’il  nomme  les  amitiés  inégales  (amitié  entre  adulte  et  enfant, supérieur et inférieur), font l’objet d’une jurisprudence en laquelle il statue sur la proportionnalité de l’apport ou de l’investissement quel qu’il soit : sentimental, utilitaire, etc.

–     La mise en rapport de l’amitié et de la géométrie, qui est une mathématique ou une science des formes, a servi à dire que quoiqu’elle soit représentable géométriquement, l’amitié n’est pas calculable, exacte, parce qu’elle a rapport à l’humain : elle est une science humaine.

D’où le terme logique de l’amitié proposée pour dire qu’elle doit prendre en compte la dimension de l’éthique. L’amitié offre ou du moins ouvre des champs de possibilité aussi bien sous un angle discursif que factuel : l’inclusion, l’exclusion. La relation d’amitié est inclusion du dialogue, de l’échange, exclusion de la violence, de la force.
De telles notions viennent juste à propos au sujet des amitiés, dans ce monde des technologies de l’information et de la communication, elles ne sont pas seulement spatialisées physiquement elles le sont numériquement entendons dans les espaces numériques. Ceux-ci n’empêchent pas les amitiés, Ils les favorisent certes parce que les échanges qui s’y font sont de l’ordre du dialogue, du discours mais il y a lieu d’observer une prudence certaine à connaître la nature d’une telle relation avant d’entreprendre la possibilité d’une rencontre spatiale et physique.

BIBLIOGRAPHIE

ANGAMBEN Giorgio, 2007, L’amitié, trad. M. Rueff, Paris, éd. Rivages Poche.

ARISTOTE, 2014, Ethique à Nicomaque, Trad. J. Tricot, Paris, Ed. Les Echos du maquis in file : ///C : Users/1/Desktop/Ethique-à-NicomaqueLivrePDFtrad.Tricot.pdf

BONI Tanella, (1999), Dadié, idée de vie in Regards sur la littérature de Côte d’Ivoire, sous la direction d’Anna Paola Mosseto, Natasa Raschi, Rome, Bulzoni Editore.

BONI Tanella, (2001), Mutations sociales et recompositions identitaires in Une société- monde ? Les dynamiques sociales de la mondialisation, sous la direction de Daniel Mercure, Presses de l’Université Laval, Canada.

DORION Louis-André, 2006, « Socrate et l’utilité de l’amitié », Revue du Mauss, (n   27), URL : http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2006-1-page-269.htm

Montaigne, 1967, Œuvres Complètes, Essais, L. I, chap.28, Paris, éd. du Seuil.

PLATON, 2003, Œuvres complètes, Tome II, Hippias Majeur, Charmide, Lachès, Lysis, trad. Alfred Croiset, Paris, Les Belles Lettres.

STIRN François, 1983, Aristote Ethique à Nicomaque, Paris, Hatier.

1 Éthique à Nicomaque en abrégé E.N.

A propos : sociotexte

A voir

Les dimensions linguistiques d’ « une frontière surveillée » : l’érotisme : Amidou SANOGO

Du simple concept de l’amour à la sexualité en passant par les notions du désir sexuel et de la suggestion de la sexualité, l’érotisme ne cesse d’évoluer vers la transgression morale. La présente étude se penche sur les manifestations linguistiques de l’érotisme dans les écrits francophones. Elle examine les frontières surveillées par la censure publique, entre la volonté de rendre le sujet excitant et l’intention de décrire crûment l’acte et les attributs sexuels. Dans cette oscillation entre les deux pôles d’une même réalité, l’érotisme est esthétiquement un voilement de l’espace entre le lecteur et la scène. Ceci pose la problématique de la spécificité de l’érotisme auquel on mêle d’autres genres comme le libidineux, le grivois, et même la pornographie qui dévoilent tout ou partie de la scène. Ainsi, entre masquage et dévoilement, l’érotisme n’est-il pas une question de représentation par l’auteur et de perception par le lecteur ? Le présent travail se consacrera à l’analyse des indices linguistiques et des stratégies discursives mis œuvre dans l’écriture.